Atelier Dots Paysagistes
 

MUSÉE DES BEAUX ARTS - INFORMATIONS

 

 
 

Musée des beaux arts et d’archéologie d’Amiens - DET en cours - LIVRAISON DÉC 2019

Maître d’ouvrage : Amiens Métropole

Maîtrise d’oeuvre complète loi MOP

Restructuration muséographique :

6 400 m2 shon

Création jardin et parvis :

4 000 m2

Restructuration espace public :

2 580 m2

Budget opération :

11,9 millions € HT

Espaces extérieurs :

1,6 millions € HT

Frenak-Jullien architectes mandataires - Paysagistes co-traitant

 

Au-delà, de la restructuration muséographique traditionnelle du musée des beaux Arts d’Amiens,  il s’agit pour le projet de renouveler la perception du musée dans la ville d’Amiens, et de contribuer à redéfinir sa portée au sein de la métropole. Les dispositions architecturales et paysagères sont intimement liées et renvoient à des objectifs croisés de réinterprétation de l’histoire et des permanences du lieu pour la création des nouveaux espaces.

- A l’étroit sur sa parcelle, entouré de jardins à l’identité incertaine, cerné d’une clôture imposante qui laisse voir des espaces résiduels, le Palais n’a jamais trouvé sa véritable assise. Le projet propose une redéfinition radicale du musée dans son rapport à l’espace public, pour un musée ouvert sur la ville par :

- la suppression de ses clôtures et sa parcelle rendue traversante

- la création d’un socle au musée qui forme un parvis, redonne une assise au musée accueille l’extension en fond de parcelle et offre des prolongements extérieurs aux espaces intérieurs du musée, devient un balcon sur le jardin d’eau miroir et accueille la terrasse du café du musée sur son coté le plus ensoleillé, les allées latérales, autrefois de simples espaces techniques, deviennent des chaussées hautes, promenades en écho aux mails des boulevards tout proches.

- la création d’un jardin d’eau miroir, véritable évènement urbain au sein de la séquence de la rue de la République institutionnelle, il s’inscrit dans la tradition de valorisation des espaces publics d’Amiens par l’eau. Ce jardin miroir convoque en un même plan l’eau, le ciel, les exèdres, la façade du musée, ses lumières, pour une nouvelle lecture du lieu.

- la création de chambres vertes en écho et dans le prolongement des grandes salles et de la trame du bâtiment. A l’échelle des grandes pièces intérieures les jardins se déploient sur tous les niveaux du musée comme de véritables extensions, articulant et prolongeant le parcours muséographique.

Le chantier se fera en site occupé et la fin de la restructuration du musée est prévue pour 2019.

 
 
 

LYCEE JEAN-JACQUES ROUSSEAU INFORMATIONS

 

 

LYCEE JJ ROUSSEAU A MONTMORENCY - DET EN COURS - LIVRAISON SEPT 2019

Maître d’ouvrage :

Conseil Régional d’Ile-de-France

Maîtrise d’oeuvre complète loi MOP

Restructuration et extension architecturale

Superficie :

12 300 m2

Montant de travaux :

1 000 000 € HT

Bruno Pantz architecte mandataire

Atelier dots paysagistes

co-traitants

 

Le projet répond à la stratégie suivante :

- améliorer la fonctionnalité et l’accessibilité de l’ensemble des espaces extérieurs (séparation flux étudiants professeurs, parkings cours....),

- intégrer et renforcer l’architecture en creux par la création de patios et jardins spécifiques, d’un préau sous l’auvent qui desserre l’ensemble des bâtiments du lycée,

- proposer une parcelle largement végétalisée avec des écosystèmes différenciés suivant les lieux (jardin d’ombre de soleil, prairie haute, rase, milieu humide...)

- permettre une gestion des eaux pluviales à la parcelle au moyen de dispositifs didactiques visibles par les usagers (noue, chemins de l’eau, bassin de stockage...)

- proposer une topographie claire du site associant flux piétons et écoulement des eaux

 

 

 

ILOT BEAUMONT ZAC EURORENNES INFORMATIONS

 

 

CONSTRUCTION DE l’ILÔT Beaumont - pro en cours - livraison 2021

Maître d’ouvrage :

Legendre immobilier

Maîtrise d’oeuvre complète loi MOP

Construction de deux immeubles de bureau et d’un immeuble de logements

superficie :

4 500 m2

Montant des travaux :

350 000 € HT

Kempe-Thill architecte et Atelier 56S mandataires

Atelier dots paysagistes co-traitants

Egis BET TCE

 

Les bâtiments s’insèrent dans une parcelle en longueur avec au Sud la voie SCNF, au Nord le boulevard de Beaumont, à l’Ouest la rue Raul Dautry et à l’Est un bâtiment appartenant à la SCNF.

De part ces différents éléments urbains, la topographie et les expositions, le projet de paysage cherche à recoudre, à habiller, à fondre ces éléments entre eux et à intégrer le bâtiment dans ce contexte complexe.

Le paysage se loge dans tous les interstices et lisières du projet architectural grace à trois failles :

- La faille minérale entre les bâtiment de bureaux A et B

- La faille jardinée entre le bâtiment de bureau B et le bâtiment de logement C

- La faille forêt entre le bâtiment de logement C et les immeubles appartenant à la SCNF.

 

 

 

LE CERCLE - IMMEUBLE DE BUREAU INNOVANT

 

 
 

Le cercle - immeuble de bureau innovant - APD en cours - Livraison 2021

Maître d’ouvrage :

Promotion Pichet

Maîtrise d’oeuvre complète

Création de jardin en pleine terre, en terrasse et agriculture urbaine

Superficie :

1 800 m2

Montant des travaux :

263 000 € HT

Kempe-Thill architecte mandataire

Atelier dots paysagistes co-traitants

Bollinger+Grohmann BET structure

Inex BET fluides

Franck Boutté BET environnement

 

Le bâtiment de bureau s’insère dans une parcelle en longueur avec au Sud le talus du périphérique, au Nord la future rue bouclant la ZAC Paul Bourget, à l’Ouest la résidence hôtelière et à l’Est une placette sur laquelle arrivera la passerelle piétonne reliant Paris au Kremlin-Bicêtre.

De part ces différents éléments urbains, la topographie et les expositions, le projet de paysage cherche à recoudre, à habiller, à fondre ces éléments entre eux et à intégrer le bâtiment dans ce contexte complexe.

Le paysage se loge dans tous les interstices et lisières du projet architectural.

A l’horizontal par :

- La forêt mésophile en pleine terre au rez-de-chaussée

- La terrasse faille au R+3

- L’agriculture urbaine en toiture au R+5 et R+9

- Les toitures extensives au R+6 et R+9

A la verticale par :

- La façade plantée

Et dans les interstices du bâtiments par :

- La double peau